78 rue Cardinet
75017 Paris

crédits
mentions légales
  Retour 
Fanny Azzuro
Récital de piano

mer.
31
mars
20h30
Fanny AZZURO, piano

« La musique pure à laquelle appartient le Prélude peut suggérer ou créer chez les auditeurs un certain état d’âme ; mais son rôle fondamental est de leur procurer un plaisir intellectuel par la variété et la beauté de sa forme. » Victor Serov. 


Après deux disques piano consacrés aux musiques de compositeurs russes, français et espagnol de la période du XXème siècle, Fanny Azzuro se lance à nouveau dans ce répertoire du début du XXème, et pars à la conquête des réjouissants Préludes de Rachmaninov, après avoir parcouru avec joie les temps courts des Variations Corelli. Le temps court, un moment où l’on vit l’instant présent intensément, où finalement le « prélude » initialement prévu pour être joué avant une pièce plus conséquente devient lui-même le centre de l’attention, plus que des « préludes », ce sont à la fois des études virtuoses (Prélude op. 32 n°4, n°13), des romances douces (op. 32 n°5, 11, op. 23 n°6), des nocturnes (op. 23 n°10), des récits au discours magique et poignant, tragique et à l’évocation romantique intacte. Bien évidemment, Rachmaninov s’est inspiré du génie de Chopin, de ses 24 Préludes (pensons à ses Variations sur un thème de Chopin op. 22, opus qui précède donc le livre des Préludes op. 23) et de tout le reste. Rachmaninov conçoit lui aussi, sans logique, l’utilisation de toutes les tonalités mineures et majeures : en effet nous passons d’un épisode dramatique, véritables cloches qui explosent (op. 3 n°2) à la douceur infinie de certains préludes (op. 32 n°5), entre rêve et brutalité, le voyage en Russie post-romantique est assuré. Le très populaire Prélude op. 23 n°5 est écrit avec une noblesse du rythme, une chevauchée fantastique dont le milieu est d’un lyrisme et d’un onirisme à couper le souffle.
 


Producteur : Nouveaux Virtuoses



programme

L’ âme russe

Intégrale Rachmaninov

24 Préludes

Prélude op. 3 n°2 (1892)
10 Préludes op. 23 (1901-1903) 
13 Préludes op. 32 (1910)

Durée: 80 minutes 


pratique