78 rue Cardinet
75017 Paris

crédits
mentions légales
  Retour 
Rencontre autour des pianos avec facteurs et artis
Conférence

sam.
02
févr.
15h00
Edwin BEUNK, faccteur de pianos
Aurélien DELAGE, claveciniste, pianofortiste
Alain PLANES, pianiste, professeur
Edoardo TORBIANELLI, pianiste, professeur
Costantino MASTROPRIMIANO, pianiste, professeur
Benjamin D'ANFRAY, pianiste
Philippe GRISVARD, claveciniste, pianofortiste
Laura FERNANDEZ GRANERO, pianiste
Jean-yves PATTE, Collectionneur, restaurateur d'enregistrements anciens
Aline ZYLBERAJCH, claveciniste, pianofortiste, professeur
Olga PASHCHENKO, pianiste, claveciniste
Alexei LUBIMOV, pianiste, professeur

Le Festival La Nouvelle Athènes débute par une rencontre

Présentation des instruments par Edwin Beunk

L’introduction des pianofortes en France par Aurélien Delage

Tables rondes avec les artistes :

  • Comment s’immerge-t-on dans le monde des pianos d’époque (toucher, études des traités et des premiers enregistrements) ?
  • Où apprendre et comment enseigner le jeu sur pianos d’époque ?


Producteur : La Nouvelle Athènes
Site : https://www.lanouvelleathenespianosromantiques.com/festival-lna-2-3-4-fevrier-19



programme

Une culture pianistique entre Londres, Paris et Vienne à redécouvrir

Entre 1750 et 1830, un changement esthétique s’opère.
Les relectures de Shakespeare, le développement des jardins à l’anglaise fondés sur le pittoresque et l’esprit de surprise propre à l’esprit de Fantaisie, la tempête des sentiments « Sturm und Drang » provoquée par Goethe , la querelle des bouffons entre Rameau et Rousseau, la théorie du Sublime prônée par Diderot exhortent les artistes à émouvoir, à l’expressivité des sentiments.

La musique ne décrit plus les affects ou la nature mais devient un langage touchant directement les mouvements de l’âme qu’ils provoquent.

Par un long processus, l’esprit romantique se déploie à Londres, Paris, Vienne et dans toute l’Europe. L’écoute romantique se vit alors comme un voyage intérieur dans des paysages sonores… Les lieux mémoriels, qu’ils soient pastoraux « ranz des vaches des bergers suisses », un orage, un chant de gondolier, un air d’opéra célèbre ou des danses évoquant l’âme polonaise, sont transfigurés au piano pour la sociabilité des salons…

Le piano, illustration de ce changement esthétique – du Beau au Sublime, du Classicisme au Romantisme –, fut un instrument en devenir, terrain d’exploration sonore à l’instar de ce qu’offrent aujourd’hui les combinaisons acoustique et électronique ; des pédales commandaient des registres de timbres différenciés.

Londres, Paris et Vienne s’inscrivent dans ce mouvement général tout en affirmant leurs propres caractéristiques. Le piano viennois de Mozart - très léger, très articulé - n’est pas celui de Clementi à Londres, plus attaché à la vocalité, et à une résonance longue.

Paris commencera par découvrir le pianoforte du facteur alsacien Jean-Henri Silbermann, importera sur les conseils de Jean-Chrétien Bach des pianos londoniens puis développera sa propre facture avec celle de Taskin aux possibilités expressives extrêmement variées et surtout celle de Sébastien Erard. L’éditeur, compositeur viennois Ignace Pleyel les rejoindra et créera son propre atelier.

Les voyages de Haydn à Londres en 1791, puis 1795 transformeront l’écriture pianistique du maître, tout comme son piano à queue Erard 1802 reçu à Vienne ouvrira de nouveaux horizons à son élève Beethoven, notamment dans la Sonate Au Clair de Lune… Ce dernier reçut plus tard en 1817, un piano Broadwood anglais qui inspira sa périlleuse sonate Hammerklavier. Chopin connut à Varsovie des pianos d’esthétique viennoise puis portera avec Camille Pleyel les pianos à un degré de nuanciation exceptionnel…

Ce rapide panorama souligne l’intérêt de connaître et de pratiquer ces pianos d’époque dans leur diversité de facture pour mieux entrer dans l’esthétique de chacun des compositeurs de l’époque romantique.

 



pratique
Tarifs
Tarif normal : 7 €

Tarif réduit : La Rencontre est gratuite pour les Membres de La Nouvelle Athènes et les 30 étudiants pianistes inscrits à l'académie des pianos d'époque du 3 février 2019 à l'Ecole Normale de Musique de Paris

Tarif réduit : 4€ pour les étudiants , les -18 ans

Tarif ENMP : 4 €

Tarif Carte Pass17 : 4 €